GER VAN ELK, herman de vries & SIGURDUR ARNI SIGURDSSON - du 21 juin au 13 septembre 2015

GER VAN ELK - L’Art Conceptuel

herman de vries - L’Art Zéro

SIGURDUR ARNI SIGURDSSON - Dans la lumière

Exposition du 21 juin au 13 septembre 2015
Vernissage le samedi 20 juin 2015 à 18h
ouvert tous les jours de 15h à 19h, fermé le mardi
ou sur rendez-vous pour les groupes
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...

Cet été trois artistes partageront l’espace du L.A.C. Les œuvres de Ger Van Elk investiront la grande salle du rez de chaussé, alors que celles de herman de vries auront un espace plus propice à l’intimité dans la deuxième salle du bas. Sigurdur Arni Sigurdsson accrochera ses grandes toiles à l’étage.

 

GER VAN ELK (1941 - 2014), L’Art Conceptuel

Né à Amsterdam, Ger Van Elk est avec Jan Dibbets, l'un des artistes hollandais le plus représentatif de la génération apparue à la fin des années 1960. Il poursuit une réflexion critique et analytique sur l'art du XVIIe siècle, notamment sur la peinture de genre hollandaise : nature morte, paysage et portrait. Ses débuts sont liés à une conception radicalement moderniste de l'art où l'utilisation de la peinture laisse la place à de nouveaux médias, surtout la photographie, qui lui permet de poser en d'autres termes les questions de perception de la réalité. Ger Van Elk, a toujours cherché à jouer sur l'illusion de la représentation optique dans l'espace limité d'une surface plane. Par la photographie, la sculpture ou la peinture, il critique l'oeuvre et s'interroge sur sa matérialité, son sujet, son cadrage, la perspective, la symétrie…
Ger Van Elk compte parmi ces artistes qui, rejetant toute dimension décorative, ont développé une pratique conceptuelle, en travaillant à partir des notions héritées du mouvement Dadaïste et surtout des readymade de Duchamp.
Il a enseigné de 1972 à 1981 aux ateliers 63 de Haarlem et de 1994 à 1995 à l'École des Beaux-Arts de Paris. Défendu par la galerie Liliane et Michel Durand-Dessert, il était exposé ces dernières années à Paris par la galerie Jean Brolly.

Avec Ger Van Elk, le L.A.C. proposera une nouvelle vision du paysage, de la nature morte et du portrait.

 

Ger Van Elk - The discovery of the sardines, Placerita Canyon, California - 1971 Ger Van Elk - The discovery of the sardines, Placerita Canyon, California - 1971

 

herman de vries, L’Art Zéro

Naturaliste dans les années 1950, puis tenant de l’art abstrait dans les années 1960, herman de vries se consacre depuis les années 1970 à l’esthétique du monde végétal. Il met au service de l’art sa connaissance des plantes, leurs diversités, leurs vertus médicinales, nutritives ou créatives. Au hasard de ses voyages, errances et promenades dans les paysages, il prélève des éléments de nature à partir desquels il réalise collages, dessins, photographies et sculptures. Il souhaite ainsi nous réapprendre à voir la nature, à contempler ses cycles, à être attentif à la beauté de processus que nous avons tendance à négliger et à considérer comme un dû. Il nous rappelle que l’homme n’est pas séparé de la nature, mais qu’il en fait partie et en dépend. Le monde végétal est non seulement la condition de notre survie mais aussi la source de notre imaginaire et de nos racines profondes. Son œuvre ne recherche pas la beauté formelle mais valorise au contraire la biodiversité commune d’un sous-bois ou d’un chemin, sans effet spectaculaire. Il sait nous montrer combien ces endroits sont riches de vie et combien ils se révèlent un terreau fertile à la diversité dès lors que nous les laissons en paix. L’artiste veut faire valoir la valeur esthétique de la nature : « je ne fais que des citations de la nature ».

Né en 1931 à Alkmaar, Pays-Bas, herman de vries vit et travaille à Eschenau en Allemagne. Son travail figure dans les plus grandes collections du monde (Centre Pompidou, Paris ; FRAC Alsace ; Neue Nationalgalerie, Berlin, Allemagne ; Stedelijk Museum, Amsterdam, Pays-Bas ; Moma, New-York, USA). il est représenté en France par la galerie Aline Vidal. Il présentera les Pays Bas à la Biennale de Venise cet été.

 

herman de vries herman de vries

 

SIGURDUR ARNI SIGURDSSON, Dans la lumière

Entre phénoménologie et hallucination, entre optique et divagation, dans les tableaux peints, mais aussi les dessins, les aquarelles, Sigurdur Arni conduit ainsi le spectateur à une mécanique figurale dévoyée juste ce qu’il faut pour ne pas se laisser prendre ni à la naïveté mimétique ni à la tentation de la géométrie abstraite de l’espace et de l’image, mais à cette tranquille incertitude qui se joue de la présence et de l’absence.
Sigurdur Arni semble montrer tout, dans un monde épuré, mais il y a du spectre dans cette lumière étale, sans origine, qui règne dans son univers peint, lui qui aussi joue dans tant de pièces en extérieur de la dynamique de la lumière du soleil. Il y a de l’être-là, mais il est caché comme un animal dans son milieu, dont on perçoit sans la voir la présence furtive, prêt à détaler comme un lapin disparaissant dans son terrier.
Une question de patience, entre le temps immobile et synthétisé du tableau et l’attente de l’alignement du soleil dans le simple trou par lequel il passera, tôt ou tard. Les oeuvres de Sigurdur Arni sont ainsi portées par une patience active, que sait produire la peinture plus que tout autre médium, devant une mécanique du monde qui mérite, même modestement, parfois, une correction, un détour d’ombre. Une patience douce. Mais qui grince.

Christophe Domino
Extrait du texte « The espace between us ».
Monographie de Sigurdur Arni, éditée par le Frac Corse aux éditions Silvana.  

Le Lac et Iconoscope à Montpellier proposent une double exposition de Sigurdur Arni permettant de découvrir ou suivre le travail de cet artiste programmé précédemment dans divers lieux d’art contemporain de la région Languedoc-Roussillon, le Crac (Sète), le Lac (Sigean), l’Esbama, le Frac Languedoc-Roussillon, Iconoscope (Montpellier).
Cette exposition présente sur deux lieux un ensemble important de peintures et de tableau-objets récents où l’ombre intimement liée à la lumière, dialoguent et révèlent les artifices liés à toute représentation, induisant un rappel de notre présence au monde dans l’instant.

Une signature de sa récente monographie « Jardin d’ombres » éditée par le Frac Corse (2014) lors de l’exposition éponyme, se déroulera le 20 juin au Lac à Sigean.

Sigurdur Árni expose régulièrement en Islande et en Europe depuis 1991, après des études à l’Institut des Hautes Études en Art Plastiques, à Paris. Ses œuvres sont présentes dans les principaux musées d’art en Islande et de nombreuses collections publiques et privées en France. Il a représenté l’Islande en 1999 à la Biennale de Venise.
Il est représenté par les galeries: Aline Vidal (Paris) et Hverfisgalleri (Rykjavik)

 

Sigurdur Arni Sigurdsson. Huile sur toile. 150X150cm. 2010. Sigurdur Arni Sigurdsson. Huile sur toile. 150X150cm. 2012.

 

 
< Précédent   Suivant >