EX-PERI-MENTAL - du 10 avril au 22 mai 2016

Ex-Péri-Mental
work on paper
Christophe Avelia Bagur, Pascal Bernier, Fabien Boita rd, Laurent Bouckenooghe, Eric Corne, Linda Carrara, Laurence Egloff, Sandrine Elberg, Marc Lathuillère, Frédéric Léglise, Matthieu Martin, Pierre Moignard, Hervé le, Maxime Tou ratier, Suzanne Wirz, Max Wyse.

Exposition du 10 avril au 22 mai 2016
Vernissage le samedi 9 avril 2016 à 18h
ouvert tous les jours sauf mardi de 14h à 18h
ou sur rendez-vous pour les groupes
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...

 

Frédéric Léglise - selfportrait of my shadow, 2013. Encre de chine et aquarelle sur page de livre. 30.2 x 23 cm Pascal-Bernier---struggle-for-life.-crayon-et-fusain-sur-papier-marouflé-sur-toile-sur-châssis-13x18cm_ptt Pierre-Moignard---Sans-titre.-2010.-50x65cm.-Encre-sur-papier_ptt

 

 

C’est l’industrialisation et la mécanisation des fabriques à papier qui relèguent le dessin au rang d’art mineur et confidentiel. Au cours du XIXème siècle, le dessin technique sert à formaliser et communiquer des concepts. Il ne se limite plus à la représentation d’une forme visuelle et généralise la notion de projet.
Cette réinvention du dessein, comme il fut également nommé, libère le « trait libre » de sa finalité académique et réactualise la capacité métaphorique presque abstraite du dessin à traduire une idée subjective, même inaboutie ou divertissante, telle les illustrations et caricatures que diffuse la presse en masse.
Avec la révolution industrielle, le dessin sur papier devient le support privilégié des plans, des utopies prospectives et bien sûr du rapport à la machine. Les schémas mécaniques, les combinaisons d’engrenages, les réseaux électriques, les représentations en volumes écrasent la représentation classique. Ils illustrent un nouveau type de langage qui prend une dimension quasi occulte comme intermédiaire à cette nouvelle puissance. Ils imposent une nouvelle beauté.
On est encore aujourd’hui sous le charme de ces lignes aux dixième de millimètre, tracées parallèles et arrondies dans les angles. Anticipant la crise de 1929, par exemple, le Rotring - mechanical pencil, impose un trait design entre l’oeil et le monde. Le papier, jusqu’à l’envahissement de nos écrans, demeurera le support exclusif de la pensée.

 

Sur papier, le dessin prend un statut fétichiste, c’est-à-dire qu’il aide à se libérer l’esprit, comme les fétiches. Ce qui se traduirait en version domestique par : « N’arrivant plus à dormir, je me suis relevé pour jeter tout ça sur papier… et ne plus y penser».
Donner une forme aux esprits aide à s’en libérer.

 

 

Linda-Carrara---Senso-titolo,-de-la-série-Ecolalia.-18x24cm.-Technique-mixte-sur-carton-toilé.-2016_ptt Laurence-Egloffv---Sans-titre.-encre-de-Chine-sur-papier-18x12cm,-2014

 

 

L’exposition « Ex-Péri-Mental – work on paper » présente des travaux, essais ou dessins sur papier qui conduisent à l’oeuvre sans en avoir absolument la fonction, l’aboutissement ni le statut. Ils sont les liens, les idées jetées, les projets inaboutis, les expériences, les extraits, les détails, les formes choisies, les matières, les visages ou les vaisseaux organiques d’une certaine relation au monde.
L’oeuvre qui nous intéresse n’est pas une marchandise performante et isolée, sophistiquée parce que coupée du réel, auto-référencée et se multipliant à loisir tel un produit. Elle n’est pas l’objet d’une performance utile, c’est à dire préétablie et comptabilisée. C’est pourquoi nous n’en présentons que l’esquisse, le projet, l’intuition : le dessin.
C’est-à-dire que nous en présentons les liens, ni commerciaux ni stratégiques, qui soulignent son appartenance organique à un tout extérieur et vivant. C’est une oeuvre comme une somme de contacts, de tangentes, de liaisons et de coïncidences, qui nous motive ici : un réseau de liens et non de coupures ; ses contingences.

 

Chacune des propositions suivantes a été choisies pour induire un aspect particulier du travail, parfois secondaire et invisible, mais fondamental et présent dans l’oeuvre globale comme une de ses multiples artères.
Ex–Péri–Mental s’entend alors comme « extension périphérique à l’idée qu’on s’en fait ».

 
< Précédent   Suivant >